Ce que je demande à la communauté

Auteur  
# Dim 17 Mai 2015 à 18:55 Micheline Nols (site web)
Ce que je demande à la communauté :
- continuer à offrir à ceux qui le désirent des espaces de réflexion, de partage, d'approfondissement de leur foi et de la façon de la vivre dans le monde d'aujourd'hui, comme cela se pratique déjà notamment à la messe de partage de 18 h. Il est important que ce partage de la Parole puisse se faire lors d'une célébration eucharistique dominicale; c'est une nourriture spirituelle mise en commun qui complète le partage du pain;
- par sa vitalité, sa joie, son ouverture, redonner envie à ceux qui, tout en restant de "culture chrétienne" mais ne trouvent plus de raison de fréquenter régulièrement une communauté, de venir redécouvrir une source de spiritualité vivifiante, signifiante pour affronter l'évolution de la société, en expliquant que oui, l'Eglise a changé (bien des gens restent sur un stéréotype d'Eglise pas très en phase avec le monde dans lequel ils vivent) que oui, il y a place dans les églises et communauté pour la recherche, les doutes, les hésitations et que, être chrétien c'est d'abord être humain, fraternel et accueillant. C'est, je pense un des buts de Cathétous.
# Ven 22 Mai 2015 à 17:04 angèle Bousez
Micheline, je partage entièrement ta demande :" continuer à offrir à ceux qui le désirent des espaces de réflexion, de partage, d'approfondissement de leur foi et de la façon de la vivre dans le monde d'aujourd'hui, comme cela se pratique déjà notamment à la messe de partage de 18 h. Il est important que ce partage de la Parole puisse se faire lors d'une célébration eucharistique dominicale; c'est une nourriture spirituelle mise en commun qui complète le partage du pain;"
car, il est nécessaire comme tu le dis de voir dans des situations de vie la manière de vivre l'Evangile. De même, dans les différents problèmes d'éthique actuels, comment penser évangéliquement?
Angèle
# Mar 26 Mai 2015 à 11:46 Louis Piront
Le souffle[u][/u]. (réflexion pour la Pentecôte)

Un souffle pour bouleverser le fond du cœur.
Un souffle qui ranime la vitalité.
Un souffle qui anéantit la résignation,
Ardeur qui bannit la tiédeur, bourrasque du croire,
Liberté qui découd la fatalité.
Un souffle qui raconte nos racines d’en haut,
Qui dénoue nos résistances et nos excuses,
Qui dilate notre générosité,
Qui déclenche une bienveillance profonde face à tous les souffrants,
Qui remet à l’endroit ce qui était à l’envers,
Qui balaie la désespérance,
Qui inspire l’avenir et pousse à mettre sur papier
Ce qui n’est pas écrit,
Qui invite à ne pas en rester là,
A rendre possible ce qui était relégué dans l’impossible,
Qui réveille le désir au-delà des doutes qui paralysent
Et qui nous remet en route vers ce « plus » qui est en nous
Et qui a la forme de la croix : la forme de l’amour qui va jusqu’au bout.
Répondre à ce message
Code incorrect ! Essayez à nouveau