Nouvelles

Premières communions et professions de foi reportées

Dscf1769Ce lundi 30 mars 2020, les évêques de Belgique ont publié des nouvelles directives concernant le report des confirmations et des premières communions s’appliquant aussi au diocèse de Liège, y compris pour les célébrations de profession de foi, qui ne sont pas mentionnées dans le document. (que vous trouverez ci-dessous)

Les différentes célébrations de premières communion, de professions de foi et de confirmations, prévues entre Pâques et Pentecôte, doivent être reprogrammées à l’année scolaire prochaine, c’est-à-dire à partir de septembre 2020. (nous ne savons pas encore donner de date pour le moment mais nous vous tiendrons au courant.

Nouvelles directives des évêques de Belgique

Le virus corona nous oblige à une extrême prudence. Les Evêques de Belgique ont donc décidé ce 30 mars 2020, que les célébrations de confirmation et des premières communions prévues entre Pâques et la Pentecôte n’auront pas lieu à la date prévue. Les confirmations sont reportées aux mois de septembre ou d’octobre. Les premières communions sont reportées à la prochaine année scolaire.

Chaque diocèse proposera des dispositions en fonction de sa situation spécifique et en assurera la communication.

Les raisons de ce report sont évidentes. Même en cas d’assouplissement des mesures actuelles, le Gouvernement ne permettra pas les célébrations religieuses avec une assistance nombreuse composée de familles et de générations différentes (dont des grands-parents), ne tenant pas compte non plus du vécu récent de ces familles avec le virus corona.

Les enfants devront tout mettre en œuvre pour la réussite de leur année scolaire le dernier mois de celle-ci, en particulier ceux de 6e année primaire en vue de leur qualification pour les humanités. En ce sens, l’organisation en juin n’est pas opportune.

Même si les paroisses ou les catéchistes ne peuvent actuellement plus organiser de réunions, nous leur demandons de garder contact avec les enfants et les jeunes qui préparent leur première communion ou leur confirmation par courrier, par email, par streaming ou par téléphone par exemple. Dès la fixation d’une nouvelle date, ils adapteront leurs réunions en fonction de celle-ci.

Les Evêques remercient tous ceux qui travaillent à une communication optimale avec les enfants et les jeunes qui se préparent à la première communion ou à la confirmation, qui les aident à comprendre cette décision difficile et à effectuer sereinement le passage vers une nouvelle date.

Les présentes directives sont établies en conformité avec celles des évêques du lundi 23 mars dernier.

Les Evêques de Belgique

 

Les baptêmes des bébés reportés

BaptemeEn raison de la pandémie et ne sachant pas comment cela va évoluer,

tous les baptêmes des bébés sont reportés après le mois d’août.

Dès que cela sera possible nous refixerons les dates plus précisément.

Prenez soin de vous.

 

 

 

 

Changement au sein du Conseil épiscopal du diocèse de Liège

Ce vendredi 27 mars 2020, notre évêque, Mgr Jean-Pierre Delville, souhaite informer les diocésains des changements au sein du Conseil épiscopal de Liège prenant cours dès le début de la nouvelle année pastorale 2020-2021.

Changements au sein du Conseil épiscopal de Liège
Alphonse Borras renonce à sa charge
Eric de Beukelaer est nommé vicaire général

À la faveur du prochain renouvellement du Conseil épiscopal, dans lequel différents mandats arriveront à terme le 31 août 2020, l’abbé Alphonse Borras m’a présenté sa démission de sa charge de vicaire général qui, elle, était à durée indéterminée, à savoir jusqu’à la fin de cet épiscopat. Comprenant le poids que cette mission représente, j’ai accepté sa démission. Je remercie de tout cœur l’abbé Alphonse Borras pour son zèle inlassable, pour la confiance qu’il m’a manifestée et pour l’immense travail qu’il a accompli depuis dix-neuf ans au vicariat général, sous l’épiscopat de Mgr Aloys Jousten et sous le mien. Quoique la charge ait un côté ingrat, il a pu y faire face, comme il me l’écrit lui-même « avec enthousiasme et même avec passion, surtout pour l’accompagnement du Chantier Paroisses et pour la Commission des Ministères laïcs, y compris toutes les tâches inhérentes à ces deux domaines ». Et j’ajouterai : pour l’accueil de nos confrères prêtres « venus d’ailleurs » et leur insertion au service de notre diocèse. Les autres membres du Conseil épiscopal se joignent à moi pour exprimer aussi leur gratitude à l’abbé Alphonse Borras.

J’ai proposé à ce dernier de collaborer avec l’abbé Raphaël Collinet pour les questions canoniques. Celui-ci terminera sa mission le 31 décembre 2020 et accédera à la pension. Je remercie aussi de tout cœur l’abbé Raphaël Collinet pour le travail délicat qu’il a accompli, en matière de causes matrimoniales et de mesures disciplinaires, depuis 1986. L’abbé Alphonse Borras a accepté et mettra ainsi à l’œuvre ses compétences en matière canonique, tout en gardant du temps pour son travail théologique.

J’annonce en même temps que j’ai proposé au chanoine Éric de Beukelaer de reprendre la charge de vicaire général à partir du 1er septembre 2020 et qu’il a accepté cette mission. Je suis heureux qu’il ait répondu positivement à ma demande et je lui souhaite un fécond ministère à ce poste important de notre diocèse. Il contribuera activement dès maintenant par différents contacts à l’élaboration du Conseil épiscopal renouvelé. Aux alentours de la Pentecôte, je prévois de donner des informations sur la composition future du Conseil épiscopal.

En cette fin du temps de carême, marquée par la pandémie et les contraintes du confinement, je confie notre diocèse au Seigneur, à l’intercession de Notre-Dame et de Saint-Lambert.

Jean-Pierre Delville
Liège, 27 mars 2020

Message de notre évêque en ce temps de crise sanitaire

Veilleur, où donc en est la nuit ?

Chers Frères et Sœurs,

« Veilleur, où en est la nuit ? Veilleur, où donc en est la nuit ? » Telle est la voix que le prophète Isaïe a entendue autrefois, en période de détresse (Is 21,11-17). Elle retentit aussi à nos oreilles. Combien de temps notre crise sanitaire va-t-elle durer ? Nous venons tous les jours aux nouvelles. Comme au temps d’Isaïe : « Le veilleur répond : ‘Le matin vient, et puis encore la nuit… Si vous voulez des nouvelles, interrogez, revenez’. » Alors le prophète invite à la solidarité : « Allez à la rencontre de l’assoiffé, portez-lui de l’eau, accueillez le fugitif avec du pain ». Et il prophétise la victoire sur l’ennemi : il ouvre la voie à l’espérance.

Nous aussi nous vivons une nuit, malgré le beau soleil du printemps. Le raz-de-marée mondial de l’épidémie de Coronavirus envahit notre quotidien et nos médias. Que reste-t-il de notre vie et de nos projets ? Que faisons-nous de nos journées, seuls ou en famille ? Comment nous organiser à nouveaux frais, face aux difficultés de déplacement et face au chômage professionnel ? Comment vivre la Semaine Sainte et le temps pascal dans ces circonstances ?

La peur de l’ennemi invisible

D’abord, on est frappé par la peur : la peur pour soi-même et sa santé ; la peur pour les autres et pour nos proches ; puis la peur des autres, qui pourraient nous contaminer ; et la peur pour notre avenir dans cette situation de paralysie sociale. Chacun est frappé d’une façon ou d’une autre : dans son travail, dans sa maison, dans sa santé, dans son moral, dans ses relations. Le virus est arrivé, c’est un ennemi invisible et nous cherchons à nous protéger. Nous sommes plus isolés que d’habitude et devons nous débrouiller pour beaucoup de choses ; nous devons aussi prendre des décisions, nous devons nous organiser, nous devons nous donner des consignes pour changer notre style de vie. On dirait que l’histoire s’est arrêtée et qu’il n’y a plus qu’une seule info sur les médias : le coronavirus. Les projets sont mis en veilleuse et rangés au fond des tiroirs. Les rendez-vous qui scandaient le cours du temps sont supprimés, les réunions sont reportées. Le risque est alors de nous replier sur nous-mêmes et sur nos problèmes, sur notre santé et sur nos proches.

Le besoin de solidarité

Pourtant, si le coronavirus nous a appris une chose, c’est à nous rapprocher affectivement les uns des autres. En étant séparés physiquement, nous découvrons que nous sommes appelés à être proches humainement. Nous découvrons de nouveaux moyens techniques pour nous contacter. Nous sommes dans l’action de grâces et l’admiration pour nos soignants et nos gouvernants. Nous ressentons mieux la nécessité du rapport écologique à la création. Nous nous sentons plus proches de tous ceux qui souffrent dans le monde. Nous découvrons notre destin commun. Jamais plus, le monde ne sera comme avant. Il devra être plus solidaire.

Une deuxième chose que nous avons découverte, c’est notre fragilité : il suffit d’un petit virus pour que toute la société soit arrêtée et se trouve en grave crise économique et sociale. Tous sont touchés, du plus pauvre au plus puissant. Subitement, les scènes de détresse ne sont plus l’apanage des pays pauvres, mais aussi des pays riches. Cette crise nous pousse à redécouvrir nos vraies valeurs : le sens de la relation sociale, le sens de la sobriété, le sens de la spiritualité et de la foi.

Jésus face à la mort de son ami Lazare

Dans l’évangile de ce 5e dimanche de carême, 29 mars 2020, nous découvrons Jésus qui pleure près de son ami Lazare, décédé inopinément (Jn 11,1-45). Jésus encaisse la souffrance due à la mort de son ami et à la tristesse de ses sœurs. Cela nous fait penser à ceux qui sont décédés récemment, du coronavirus ou d’une autre affection. Nous les portons dans notre cœur, à commencer par l’abbé Lech Walaszczik, curé de Chênée-Angleur-Vennes, décédé d’un infarctus, qui était aimé de tous. C’est après avoir traversé cette épreuve de confrontation à la mort que Jésus rendra la vie à Lazare. La résurrection a nécessité une incubation. Ainsi la souffrance due au coronavirus est-elle pour nous un temps d’incubation spirituelle, un temps de recueillement, qui nous donnera des énergies vitales pour construire le futur. Il nous concentre sur notre propre énergie spirituelle pour que celle-ci nous permette de réagir, de survivre et de nous engager de manière renouvelée. Ainsi nous vivrons notre Pâques comme une vraie mort à nous-mêmes et à notre orgueil, pour recevoir du Christ la vie véritable, qui a une valeur éternelle. 

S’engager pour les pauvres

N’oublions pas ceux qui souffrent plus que nous, en particulier ceux d’Haïti, à qui nous consacrons notre carême de partage ! Entraide et Fraternité, l’ONG de solidarité de l’Église catholique, a centré son attention sur la situation en Haïti. Cette île très pauvre, frappée par un terrible tremblement de terre il y a dix ans, n’a pas encore pu être reconstruite ; sa cathédrale à moitié détruite est devenue un symbole de pauvreté, mais aussi de foi ! Des groupements dynamiques relancent l’agriculture dans le respect de la nature et de l’écologie. Ce sont des associations porteuses d’avenir que nous voulons aider durant ce carême de partage. Pour un euro que vous donnerez, la population locale en recevra cinq via le projet qui a été reconnu par les autorités belges. Donc, ne négligez pas la collecte du carême de partage, le dimanche des Rameaux : faites un don par virement bancaire au compte BE68 0000 0000 3434 d’Entraide et Fraternité, 32 rue du Gouvernement Provisoire, 1000 Bruxelles, avec la mention « 6573 Carême de partage » ou sur le site internet www.entraide.be/don.

Consignes de prière

Ce vendredi 27 mars à 18 h, le pape François nous convie à une prière œcuménique en mondovision ! Associez-vous à cette prière par votre TV et vos autre médias.

Dès ce samedi 28 mars, vous trouverez sur le site du vicariat Annoncer l’évangile (https://annoncerlevangile.be), trois propositions de prière à domicile pour les jeudi saint, vendredi saint et samedi saint, dans une version avec enfants et dans une version pour adultes seuls. Diffusez-les et utilisez-les !

Pendant les jours de la Semaine Sainte, les églises demeurées ouvertes peuvent être décorées d’une façon qui évoque la liturgie du jour, avec des fleurs, des textes et des objets symboliques.

Dimanche des Rameaux et de passion, 5 avril, conformément au document de la Conférence épiscopale envoyé ce lundi 23 mars à 16.46 h. par e-mail, il faut éviter toute célébration publique. Mais les rameaux cueillis par les fidèles et apportés dans leurs maisons seront considérés comme bénis, par association spirituelle aux offices célébrés en privé et diffusés par les médias. Les rameaux bénis par les prêtres dans les célébrations privées ne pourront être disponibles qu’après le confinement.

La messe chrismale prévue pour le 8 avril est reportée à une date ultérieure.

N’oubliez pas de vous associer aux applaudissements des gens en remerciement au personnel soignant tous les soirs à 20 h. Les cloches des églises peuvent sonner à ce moment, c’est encourageant pour tous.

Les mariages reportés à date ultérieure pourront être programmés mêmes les dimanches et jours de fête, à titre exceptionnel.

Les funérailles doivent se dérouler en plein air, même dans des endroits différents des cimetières, mais avec quinze personnes maximum et en tenant les distances voulues.

La diffusion des offices liturgiques par les moyens de communications divers est valorisée et conseillée (RCF, YouTube, Facebook, KTO, etc.). RCF (sur FM 93.8) diffuse en semaine la célébration de la messe à 19 h. Celle du vendredi est une célébration œcuménique. Celle du vendredi 3 avril sera interreligieuse et sera assurée par le rabbin Joshuah Nejman, l’iman Franck Hensch et moi-même. Le samedi à 17 h. a lieu l’eucharistie dominicale.

Le message d’espérance

« Écoutez la voix des guetteurs : ils élèvent la voix, tous ensemble ils crient de joie car, de leurs propres yeux, ils voient le Seigneur qui revient à Sion » (Is 52,8).

Le mal n’aura pas le dernier mot, la peur ne triomphera pas, l’amour l’emportera. Comme nous le disons à chaque eucharistie :

Délivre-nous de tout mal, Seigneur, et donne la paix à notre temps ;
par ta miséricorde, libère-nous du péché, rassure-nous devant les épreuves
en cette vie où nous espérons le bonheur que tu promets
et l’avènement de Jésus Christ, notre Sauveur.

Bonne fin de carême à tous !

Le 26 mars, Jean Pierre Delville

 

Recevez gratuitement "DIMANCHE " en PDF pendant les trois prochains mois

En ces temps très particuliers, CathoBel veut plus que jamais rompre la logique de l’isolement et renforcer, grâce à nos médias, les liens entre nous. Pour ce faire, exceptionnellement, chacun pourra profiter du contenu du journal Dimanche, en version PDF, gratuitement pendant 3 mois. Tous sans exception ! Que vous soyez abonnés au Dimanche papier ou non ! Les Liégeois recevront évidemment l’édition pour le diocèse de Liège, avec la page régionale spéciale.

Pour recevoir le journal sur votre boîte mail, rien de plus simple : il suffit de remplir le formulaire que vous trouverez en cliquant sur ce lien https://www.cathobel.be/dimanche-en-pdf/.

Nous vous invitons à diffuser au maximum cette offre, notamment auprès de ceux parmi les personnes de votre entourage qui sont plus isolées. Nous pensons notamment aux malades. Seule condition, bien entendu : disposer d’un appareil avec accès à internet et d’une adresse mail.

En espérant que vous et vos proches y trouverez une dose de réconfort pour vivre ce temps dans la joie et l’espérance.

L’équipe de CathoBel, de Dimanche et d’Eglise de Liège.

texte de réflexion de la part de notre évêque, Monseigneur Jean-Pierre Delville

Veuillez trouver ci-après un texte de réflexion de la part de notre évêque, Monseigneur Jean-Pierre Delville, référendaire d’Entraide et Fraternité sur la situation actuelle que nous vivons tous en ce moment.

SOLIDARITÉ AVEC HAÏTI, À L’ÈRE DU CORONAVIRUS : Une proposition d’Entraide et Fraternité

Chers Frères et Sœurs,

Le ras-de-marée mondial de l’épidémie de Coronavirus envahit notre quotidien et nos médias. Que reste-t-il de notre vie et de nos projets ?

L’ennemi invisible

Chacun est frappé d’une façon ou d’une autre : dans son travail, dans sa maison, dans sa santé, dans son moral, dans ses relations. Le virus est arrivé, c’est un ennemi invisible et nous cherchons à nous protéger. Nous sommes plus isolés que d’habitude et devons nous débrouiller pour beaucoup de choses ; nous devons aussi prendre des décisions, nous devons nous organiser, nous devons nous donner des consignes pour changer notre style de vie.

L’histoire s’est arrêtée

On dirait que l’histoire s’est arrêtée et qu’il n’y a plus qu’une seule info sur les médias : le coronavirus. On dirait que les autres affaires n’existent plus. Comme le disait Andrea Riccardi ce 18 mars 2020, on a perdu le sens de l’histoire. Il n’y a plus d’objectifs communs, plus de grands faits, plus de combats !
Tous les projets sont mis en veilleuse et rangés au fond des tiroirs. Les rendez-vous qui scandaient le cours du temps sont supprimés, les réunions sont abolies. Le risque est alors de nous replier sur nous-mêmes et sur nos problèmes, sur notre santé et sur nos proches.

Les leçons du présent

Pourtant, si le coronavirus nous a appris une chose, c’est que la mondialisation existe bel et bien : le virus s’est communiqué en quelques semaines au monde entier, du fond de la Chine aux autres continents. Si la mondialisation existe pour la maladie et pour les médias, qu’en est-il pour la solidarité ?
Une deuxième chose que nous avons découverte, c’est notre fragilité : il suffit d’un petit virus pour que toute la société soit arrêtée et se trouve en grave crise économique et sociale. Tous sont touchés, du plus pauvre au plus puissant. Subitement, les scènes de détresse ne sont plus l’apanage des pays pauvres, mais aussi des pays riches. Alors comment réagir ?
Cette crise nous pousse à redécouvrir nos vraies valeurs : le sens de la relation sociale, le sens de la sobriété, le sens de notre interdépendance mondiale. Alors, que la crise nous fasse redécouvrir celles et ceux qui souffrent plus que nous et plus souvent que nous ! Qu’elle éclaire d’un jour nouveau nos projets et nos espoirs.

Cliquer ci dessous sur "lire la suite"

Lire la suite

Rappel collecte carême 2020

La campagne du Carême de partage, qui est faite cette année en faveur de Haïti où sévit l’insécurité alimentaire, est maintenue et doit être promue le 4e dimanche de Carême (21-22 mars 2020) et le dimanche des Rameaux (4-5 avril 2020). On peut verser un don par virement au compte BE68 0000 0000 3434 d’Entraide et Fraternité, 32 rue du Gouvernement Provisoire, 1000 Bruxelles, avec la mention « 6573 Carême de partage » ou sur leur site internet www.entraide.be/don. Merci de ne pas oublier les plus pauvres, même dans notre situation de détresse !

Tour des vins à Ste Julienne annulé

Chers amis logeurs, bénévoles, sympathisants,...

Suite aux mesures prises par nos gouvernements pour tenter de venir à bout de la pandémie de coronavirus et face à son évolution incertaine, le "Tour de France des Vins"  des 24, 25 et 26 avril 2020 n'aura pas lieu.

Cette décision nous attriste autant que vous mais en cette période particulière, il convient d'être raisonnables, solidaires et... optimistes! 

C'est pourquoi, nous vous donnons d'ores et déjà rendez vous les 23, 24 et 25 avril 2021 pour un "Tour de France des Vins" exceptionnel avec tous vos viticulteurs préférés et une équipe plus motivée que jamais!

En attendant, prenez bien soin de vous et surtout continuez à partager de bons vins avec ceux qui vous sont chers. 

Le comité organisateur