Homélie du 4ème dimanche de l'Avent par Louis Piront

4e avent c 1Homélie rédigée et prononcée par Louis Piront, le 20 décembre.

La visitation !... Le ciel a visité la terre … Dieu a visité son peuple … Cette rencontre entre Marie et Elisabeth est pleine de sens pour nous, aujourd’hui encore.

  • D’abord, il y a cette attention de Marie pour sa cousine, une attention discrète et sans tapage : Marie a deviné que sa cousine pouvait avoir besoin d’elle à l’approche de la naissance de Jean-Baptiste.
  • Il y a aussi, entre elles, un type de communication qui laisse toute sa place au cœur … « Celui qui a gagné le cœur de l’homme a gagné tout l’homme » disait St François de Sales, le fondateur des religieuses de la Visitation.  C’est le cœur qui parle au cœur. L’émotion est présente, tellement présente, que même l’enfant réagit, tressaille dans les entrailles d’Elisabeth.  C’est important de prendre l’affectivité en compte, dans une relation, simplement, « cordialement ».
  • Il y a, entre elles, un aller-retour, un échange.  Elisabeth reconnaît, chez Marie, non seulement son service, mais aussi la foi qui anime Marie : « Bienheureuse, toi qui a cru … »
  • Et voilà que Marie exprime sa reconnaissance pour le regard que Dieu a posé sur la petite servante qu’elle est.  Elle reconnaît la tendresse de Dieu pour les humbles, la fidélité de son amour, son attention pour les affamés qu’il peut rassasier.

    Emerveillement, cordialité, simplicité : voilà ce qui se passe entre Marie et Elisabeth.

    Visiter et se laisser visiter : ce sont les deux pôles d’une rencontre réussie :

    1. Visiter : sortir de chez soi, se décentrer de ses propres    préoccupations, pour aller chez l’autre, partager sa vie, mais en respectant ce qui fait sa vie.

    Nous retrouvons la même dynamique sur le chemin d’Emmaüs :

    Jésus s’est contenté d’accompagner les deux disciples sur le

    chemin qui les éloignait de leur engagement, et eux, après avoir

    reconnu le Seigneur, sont revenus vers Jérusalem, le cœur plein

    d’espoir : à eux désormais, de construire leur propre chemin,

    dans la foi et l’espérance.

    2. - Se laisser visiter et revisiter à chaque rencontre : se laisser   « relooker » : intérieurement : laisser l’autre entrer dans ma vie et bousculer mes habitudes. (cela demande de la confiance !)

        - Se laisser visiter par Dieu, laisser Jésus-Christ prendre par les   sentiments qui  étaient dans le Christ Jésus.

    Avoir le « cœur en creux » pour accueillir l’autre et le Tout-Autre, qui viennent apporter un plus à ce que nous sommes. Avoir le cœur en creux, c’est considérer positivement le manque que nous ressentons, ce manque qui peut susciter le désir de quelque chose de neuf.

    Une vraie rencontre peut aussi susciter une véritable émotion dans la communion.  On peut deviner l’émotion qui réunit ces deux femmes enceintes : Marie et Elisabeth.  Et Marie, qui est venu apporter spontanément son aide à sa cousine, va profiter tout naturellement de l’expérience de celle qui la précède dans l’expérience de l’attente d’un enfant. Belle rencontre entre deux générations de femmes où toutes les deux y trouvent leur bénéfice. 

    Rencontre qui génère en nous le désir de rencontrer …

    Hier avait lieu la journée des chanteurs à l’étoile, où les enfants du catéchisme et d’autres enfants, nombreux, sont allé visiter certaines personnes de l’Unité Pastorale : ce fut une journée profitable pour tous et toutes, où l’émotion était présente, non seulement chez les personnes visitées mais aussi chez les enfants et les personnes qui les accompagnaient.

    Espérons que Noël soit, encore cette année, une fête de la rencontre, une fête de la visitation, en famille, mais aussi au-delà de la famille.

    Que nous permettions à Dieu de visiter son peuple, aujourd’hui comme hier, en lui prêtant notre corps et notre cœur pour toucher le cœur des personnes que nous rencontrons…

    Alors, nous pourrons chanter le « magnificat » avec Marie, pour remercier Dieu des merveilles qu’il peut accomplir au sein même des rencontres humaines.