Homélie du 21ème dimanche du temps ordinaire (par André de L'Arbre SJ)

QUI EST JESUS ?

Jésus a rassemblé quelques disciples autour de lui. Ils cheminaient depuis plusieurs mois. Jésus a du succès, mais il désire savoir comment les gens le voient. Quelle est son identité ?

Jésus constate que l’opinion publique est partagée sur le détail, mais que pour l’essentiel ils sont d’accord : il n’est pas un homme ordinaire. Ses paroles et ses gestes font de lui une personnalité religieuse exceptionnelle. Les gens le comparent spontanément aux plus grands prophètes : Jean-Baptiste, Elie et Jérémie.

Mais Jésus désire une parole plus personnelle de la part de ses disciples. Pierre est spontané, se jette à l’eau : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant. » Jésus lui répond d’abord deux choses : « Heureux es-tu », et « C’est mon Père qui te l’a révélé. » « Heureux es-tu. » C’est un réel bonheur de connaître Jésus et c’est un don de Dieu. L’homme est radicalement incapable de connaître Dieu par lui-même. C’est Dieu qui se fait connaître progressivement à travers la personne de Jésus.

Le but de la vie, c’est précisément de connaître Dieu et son projet d’Alliance, d’Amour. Depuis Moïse, Dieu a fait alliance avec son peuple : « Tu seras mon peuple et je serai votre Dieu. » Cette réalité de l’Alliance qui traverse toute la Bible se retrouve aussi au cœur de chaque eucharistie : « Prenez et buvez en tous, car ceci est le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés. » Jésus a donné sa vie par amour pour nous, il a versé son sang pour nous réconcilier tous avec Dieu et pour nous partager sa vie et son amour en vue d’une parfaite communion. Cette communion, nous la réalisons déjà partiellement dans chaque eucharistie. Elle le sera pleinement au ciel.

LA MISSION DE PIERRE

Pierre reçoit alors sa mission : « Tu es Pierre, roc, et sur ce roc je bâtirai mon Eglise. Je te donnerai les clés du Royaume : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux et tout ce que tu auras délié sur la terre sur délié dans les cieux. »

Le roc symbolise la solidité. Le roc est le symbole même de Dieu. L’Eglise peut compter sur la solidité et la fidélité de Dieu. Les clés symbolisent le pouvoir. Celui qui détient les clés d’une maison ou d’une ville en est le maître. L’expression « lier et délier » responsabilise Pierre. Il est responsable de transmettre et de sauvegarder la foi de l’Eglise. Jésus dira plus tard à Pierre : « Pierre, j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne disparaisse pas ; et toi, quand tu seras revenu, affermis tes frères. »

LA MISSION DU PAPE FRANCOIS

Pierre a donné sa vie par fidélité au Christ et à son message. Pierre a connu beaucoup de successeurs,  dont le dernier s’appelle François.  Le pape a reçu la responsabilité de rassembler tous les enfants de Dieu dispersés et il symbolise notre unité. Dans les religions monothéistes, le pape est le seul à symboliser vraiment l’unité de tous les catholiques à travers le monde. Il n’y a pas de chef unique qui rassemble tous les juifs. C’est pareil pour les musulmans et même pour les autres confessions chrétiennes. Il y a de multiples Eglises protestantes et plusieurs patriarcats orthodoxes : Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem.

Peut-être que l’Eglise catholique a trop insisté sur l’unité et pas assez sur la diversité. Durant les rencontres qui ont précédé l’élection du pape, les cardinaux ont demandé que le successeur de Pierre donne plus de pouvoir aux évêques du monde entier et que tout ne soit pas décidé par la seule Curie romaine. Le pape François a vraiment le souci de donner plus de poids à la richesse de la diversité. Il s’est entouré de conseillers venant des cinq continents. Il a envoyé un questionnaire dans tous les diocèses du monde pour préparer le synode sur la famille. Ce synode sera très important et se déroulera en deux sessions : une cette année-ci et une en 2015. Il habite à la maison sainte Marthe où il rencontre des évêques de passage à Rome. Il n’est plus isolé dans les appartements pontificaux. Il a été à la rencontre des immigrés à Lampedusa, il a participé aux JMJ au Brésil. Il revient de Corée. D’autres voyages sont déjà programmés.

Il ne dispose plus de beaucoup de temps. Lui-même parle de deux ou trois ans. Prions pour sa santé afin qu’il puisse mener à bon terme la réforme de la Curie et le synode combien important de la famille.