Homélie du 19ème dimanche ordinaire par Louis Piront

19 dimanche ordinaire b la manneHomélie rédigée et prononcée par Louis Piront, le 9 août.

Les trois lectures offertes à notre méditation, aujourd’hui, éclairent, chacune, une facette de l’Eucharistie que nous célébrons. La première évoque un épisode de la vie d’Elie, dans le livre des Rois.

Le prophète Elie, qui avait défié et fait tuer tous les prophètes de Baal, est pourchassé par la reine Jézabel. Menacé de mort, déçu par les infidélités de ses compatriotes et par son propre péché, il est en proie au découragement après une fuite dans le désert. Il est tenté de baisser les bras et en vient à souhaiter mourir : « Seigneur, reprends ma vie, car je ne vaux pas mieux que mes pères ».

Et voici que Dieu l’invite à reprendre des forces pour continuer la route.

« Lève-toi et mange. Autrement le chemin serait trop long pour toi. »

Voilà pourquoi nous nous rassemblons chaque dimanche : pour recevoir cette nourriture que Dieu nous donne pour surmonter la fatigue du chemin et la tentation du découragement. Nous communions au projet de Dieu pour renforcer notre volonté de participer à la construction du Royaume de Dieu sur la terre.

Souvent, comme Elie, nous découvrons les médiocrités et les faiblesses  qui font partie de notre vie quotidienne. Dieu veut prendre les devants pour garder notre esprit en éveil en nous rassemblant pour nourrir notre cœur d’une parole qui le fait battre au rythme du cœur de Jésus-Christ et nous assurer de sa présence chaque fois que nous faisons mémoire de Lui dans l’Eucharistie.

 

Deuxième lecture : la lettre de St Paul aux Ephésiens. Il nous invite à imiter Dieu jusqu’au pardon. Il est essentiel pour nous de nous laisser influencer par cette dynamique du pardon, dans un monde où la haine et la vengeance dominent. Notre capacité de pardonner doit trouver sa source dans notre propre fragilité et dans le pardon que Dieu nous donne. 

 

Enfin, il y a l’évangile de ce jour : une longue méditation sur le pain de vie, qui au fil des dimanches,  monte en intensité, jusqu’à choquer ceux qui écoutent Jésus :

« Je suis le pain vivant descendu du ciel » « Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ».  Tel est en effet le pain que nous recevons à l’autel : le pain qui nous fait vivre à l’image de Dieu, le pain d’un corps livré, au travers duquel tout le pain de la parole a pris corps.

Puisque nous sommes venus, ce dimanche d’été, nous reposer un instant dans cette église, comme Elie à l’ombre de son buisson, acceptons le pain que Dieu nous désigne pour refaire nos forces. Prenons-le avec gratitude, puisqu’il nous dit l’Amour de Dieu plus fort que nos faiblesses. Faisons disparaître de notre vie tout ce qui ressemble à de l’amertume, à de la rancune où à de la vengeance. Laissons entrer dans notre cœur et dans nos gestes,  cette parole qui peut nous transformer. « Goûtons-la », cette parole, et quand nous pourrons en apprécier les bienfaits, sans doute pourrons-nous aussi la faire goûter à notre entourage grâce aux gestes de bienveillance qu’ils pourront observer dans notre vie.

Ce n’est pas toujours facile d’être témoin de cet amour de Dieu dans notre vie, parce que la bienveillance trouve fréquemment en face d’elle, une mentalité de profit. Cela peut nous décourager. Je voudrais vous livrer un texte dont je ne connais pas l’auteur mais qui trouve bien sa place dans la célébration de ce jour :

 

Quoi qu'il en soit

 

Les gens ne sont ni raisonnables, ni logiques,

ni généreux.

Aime-les quoi qu'il en soit.

 

Si tu agis bien, on va t'accuser

de le faire avec arrière-pensée.

Agis bien quoi qu'il en soit.

 

Si tu réussis, tu auras de faux amis

et de vrais ennemis.

Réussis quoi qu'il en soit.

 

Le bien que tu fais aujourd'hui

sera oublié demain.

Sois bon quoi qu'il en soit.

 

L'honnêteté et la franchise

te rendront vulnérable.

Sois honnête et franc quoi qu'il en soit.

 

Ce que tu mets des années à construire

peut être détruit en une nuit.

Persévère quoi qu'il en soit.

 

Les gens ont réellement besoin d'aide

mais sont capables de t'attaquer si tu les aides.

Aide-les quoi qu'il en soit.

 

Donne au monde ce qu'il y a de meilleur en toi

et tu en prends plein la tête.

Donne au monde ce qu'il y a de meilleur en toi

Quoi qu'il en soit.