Homélie du 15ème dimanche du temps ordinaire (par André de L'Arbre SJ)

Frères et Sœurs,
Dans la première lecture Dieu nous dit : « Ma parole ne me reviendra pas sans résultat. » Dieu parle, Dieu parle aux hommes, Dieu nous parle, Dieu me parle. 
Comment nous parle-t-il ?
L’homme est comme une éponge imbibée de paroles multiples. La parole de nos proches – famille, amis, copains -, de notre culture et de notre éducation, 
de nos groupes d’appartenance – des clubs sportifs ou culturels, des équipes de réflexion ou d’action, les collègues de travail. Là, il nous est dit qu’il est bon que nous existions ou que nous avons besoin de nous corriger, qu’on nous aime mais 
qu’on nous aimerait plus si nous faisions quelques progrès. Il y a des paroles qui nous nourrissent, qui nous construisent, mais il y en a d’autres qui blessent et même qui assassinent : « Tu seras toujours un raté. »
Il y a encore les médias et nos lectures. Nous sommes submergés de paroles. 
Dans tout ce flot, nous devons écouter les paroles qui nous donnent vie et rejeter les autres. Et au cœur de tout ce bruit, nous sommes invités à écouter la Parole de Dieu.
Comment Dieu nous parle-t-il ?
Il nous parle d’abord par le livre de la nature. Toute la Création nous parle d’un mystère. Toutes ces beautés sont une création de la Parole de Dieu : « Dieu dit que la lumière soit et la lumière fut. » Et Dieu dit que le ciel, la terre, l’eau, la verdure, les fruits, les animaux soient ; que l’homme et la femme soient. Tout cela vint à l’existence et Dieu ajouta que c’était bon et beau. Tout cela n’a pas été créé par hasard, mais tout cela dit l’amour de Dieu pour nous. A travers chaque élément de la création, Dieu nous dit : Je t’aime.
Dieu ne nous parle pas seulement dans la Création, mais aussi dans l’Histoire des hommes. A Abraham, il dit : « Quitte  ton  pays  pour  le pays  que  je t’indiquerai.  Je  ferai  de  toi  un  grand  peuple. » A Moïse, il dit : « Va,  je t’enverrai  auprès  de  Pharaon,  fais  sortie  d’Egypte  mon  peuple. » Les prophètes sont chargés de révéler la Parole de Dieu dans les événements de l’histoire, en rappelant que l’Alliance faite à Abraham et à Moïse reste toujours un engagement pour Dieu, quoi qu’il arrive.
De Jésus, il est écrit dans la lettre aux Hébreux :  « Souvent  dans  le passé, Dieu a parlé à nos pères par les prophètes, sous des  formes  fragmentaires et variées, mais dans les derniers temps, dans ces jours où nous sommes, il nous a parlé par ce Fils qu’il a établi héritier de toutes choses et par qui il a créé les mondes. »
La Parole de Dieu ne s’exprime plus seulement dans la Création ou à travers Abraham, Moïse et tous les autres, elle est devenue une Personne. En Jésus, la Parole de Dieu s’est faite chair, s’est faite homme. Jésus ne nous parle que de l’Amour de Dieu et des hommes et des femmes que nous devons devenir si nous marchons à sa suite. Jésus ne nous parle pas seulement en paroles, mais par toute sa personne depuis sa conception jusqu’à sa mort et sa résurrection.
J’ai régulièrement fait avec des adultes l’exercice qui consiste à relire notre vie et à y repérer les moments où Dieu nous a parlé personnellement. Dieu nous parle, nous touche, nous interpelle dans tel ou tel événement, lors de telle expérience forte, dans une épreuve, dans telle rencontre, dans telle lecture ou alors d’une homélie, dans telle parole qu’un ami nous adresse, etc. La parole objective devient alors une parole tout à fait personnelle et nous faisons vraiment l’expérience du Seigneur qui nous parle de personne à personne. Etre chrétien, n’est-ce pas entrer dans ce dialogue et en vivre ?
Quelle est notre réponse ?
La Parole de Dieu nous donne vie et vie éternelle, mais encore faut-il que nous l’acceptions, l’accueillons, en vivions. L’évangile d’aujourd’hui nous dit qu’il y a plusieurs manières de l’accueillir, de l’ignorer, de s’en désintéresser, de la rejeter. 
Accueillir Jésus, c’est aussi accueillir l’enfant handicapé, le voisin dérangeant, l’étranger envahissant, le pauvre qui gêne. « Ce que tu fais au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que tu le fais. » Ecouter la Parole de Dieu, c’est accueillir la tendresse et la miséricorde du Seigneur, mais c’est aussi partager cet amour avec tous les hommes, sans en exclure aucun.
Dieu nous parle de mille manières, par la Création, par les événements, par les hommes. Il nous dit son amour. Il nous mendie le nôtre. Quelle est notre réponse ?