Homélie de la fête du Baptême de Jésus (par Laurent Capart SJ)

Bapteme a 1Homélie rédigée et prononcé par Laurent Capart le 11 janvier.

Jean le Baptiste baptise dans l’eau qui purifie ce qui est sale. Pour nous comme pour ceux qui venaient se faire baptiser par Jean, il est important d’être purifié de ce qui, dans nos vies, fait obstacle à l’amour. 

Survient alors Jésus, mais, au grand étonnement de Jean relaté dans un  autre évangile, il ne prend pas la place de Jean qui fait face au pénitent, mais il prend sa place dans la file alors qu’il n’a pas péché. Il s’agit ici de nous dire que dans le processus de purification, Dieu ne se met pas face au pécheur, mais à ses côtés. Ils ne sont pas fiers ceux qui sont dans la file et s’apprêtent à être personnellement purifiés de leurs péchés en étant en présence des autres. Jésus vient vivre cette démarche à côté d’eux. Et quand lui-même plonge dans l’eau, il le fait au nom de toute l’Humanité. La question n’est pas de savoir qui est coupable, parce qu’alors Jésus n’aurait pas insisté pour être baptisé par Jean, mais de guérir l’Humanité malade et c’est pour aider à cela que Jésus rejoint les personnes dans leurs démarches de purification.

« En remontant de l’eau, il vit les cieux se déchirer et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe. Il y eut une voix venant des cieux : ‘ Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie.’ ». Il est facile de comprendre combien Jésus a été heureux de se savoir aimé par le Père avant de commencer sa vie publique dont le but était précisément de révéler qui est le Père.

Ce baptême de Jésus nous dit en outre quelque chose de notre propre baptême, et nous pouvons le comprendre en méditant quelques lignes de la première lettre de Saint Jean. Ce ne sont pas celles du chapitre 5 que nous venons d’entendre, mais celles qui sont au chapitre 4, à partir du verset 11 : « Bien-aimés, puisque Dieu nous a tellement aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres. » Aimer est une manière de plonger dans l’eau qui purifie des péchés, que ce soient ceux que nous commettons ou ceux dont nous sommes victimes, et Jésus est à nos côtés pour vivre cette expérience.

À propos de l’Esprit Saint et de son action en nous, Saint Jean écrit plus loin : « Voici comment nous reconnaissons que nous demeurons en lui et lui en nous : il nous a donné part à son Esprit. » Le fruit de l’Esprit est de reconnaître une très grande proximité avec Dieu puisque « nous demeurons en lui et lui en nous. »

Saint Jean poursuit alors : « Quant à nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde. » Quand nous recevons personnellement l’Esprit, nous pouvons alors attester qu’il est Sauveur du monde. Bien que nos démarches soient personnelles, elles ont des conséquences pour les autres. La formule d’absolution prononcée par le prêtre dans le cadre du sacrement de réconciliation est ici éclairante : « Que Dieu notre Père vous montre sa miséricorde ! » Cet aspect est personnel, mais le prêtre dit ensuite : « Par la mort et la Résurrection de son Fils, il a réconcilié le monde avec lui et il a envoyé l’Esprit Saint pour la rémission des péchés. » Il est bien question de la réconciliation du monde et de la rémission des péchés qui ne sont donc pas seulement ceux du pénitent pour qui il est toutefois important de savoir que ses péchés personnels sont pardonnés comme l’indique la fin de la formule : « par le ministère de l’Église, qu’il vous donne le pardon et la paix ! Et moi, au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, je vous pardonne tous vos péchés. » Demeurer en Dieu et l’inviter par nos actes à demeurer en nous s’inscrit dans la guérison de toute l’Humanité.

Nous demeurons en Dieu et lui en nous. Cette très grande proximité, dont nous n’avons pas l’expérience avec d’autres que Dieu, vous semble peut-être difficile à comprendre, mais il n’est pas nécessaire de la comprendre pour en vivre, et d’ailleurs ne vaut-t-il pas mieux manquer de mots pour décrire un Amour qui nous dépasse que de limiter l’amour à ce que nous sommes capables d’expliquer complètement ?