C'est la coupe de la vie à laquelle nous buvons

Parle ton serviteur ecouteUn paroissien qui vit une longue convalescence, met à profit ce temps de revalidation pour écrire des poèmes, qui peuvent être philosophiques. Il nous offre celui-ci, intitulé la coupe de la vie. Le poème rejoint le prologue de saint Jean. A lire, relire et méditer! En communion aussi avec toutes celles et ceux que l'âge ou la maladie empêchent de sortir de chez eux. Merci à Jean de Hesbaye!

  • Avant que nous soyons, à l’origine des temps,
  • La coupe de la vie, comme un mystère immense,
  • Naissait dans le chaos, contenant les ferments,
  • D’une lente évolution, d’une odyssée intense,
  • L’odyssée de la vie, issue de la conscience,
  • S’élaborait avec, une infinie patience.
  • L’Etre suprême voulait, laisser sa liberté,
  • A la vie émergeant, des premières clartés,
  • Ce don originel, d’auto-évolution,
  • Permit à la conscience, sa subtile éclosion,
  • Complexe l’héritage, que chaque être reçoit,
  • Lui permettant de vivre, et de donner la vie,
  • Mais simple est le principe, d’un bon accomplissement,
  • Accomplissement de soi, et de l’humanité,
  • Dans l’espace infini, et dans l’éternité,
  • Ce principe fut donné, par l’Etre souverain,
  • Qui envoya le Christ, cet instructeur divin,
  • Il révéla les clés, amenant l’excellence,
  • Du développement de vie, du principe d’existence,
  • Du rôle fondamental, que l’homme peut y jouer,
  • Pour grandir l’univers, de son humanité,
  • Ces clés de l’excellence, inhérentes à l’esprit,
  • Relèvent de Dieu lui-même, comme le Christ nous l’a dit.
  • En un mélange intime et sans hiérarchie,
  • Se mêlent connaissance, amour et création,
  • Permettant à l’homme, sa grande évolution,
  • Au reçu de la vie, et des multiples dons,
  • Qui nous viennent de tous ceux, avec qui nous vivons,
  • Nous pouvons tour à tour, recevoir et offrir,
  • Etre les maillons d’une chaine, à l’heureux devenir,
  • Mais pour offrir du neuf, à partir du reçu,
  • Il faut la trilogie, évoquée ci-dessus,
  • L’amour est le moteur, la connaissance l’outil,
  • Permettant de créer, et cela à l’infini.
  • C’est la coupe de la vie, à laquelle nous buvons,
  • C’est la coupe de vie, qu’à d’autres nous donnons,
  • Il est bien d’autres choses, qu’il nous faut discerner,
  • Et bien d’autres encore, qu’il nous faut repenser,
  • Pour faire de notre vie, un ensemble harmonieux,
  • Un ensemble qui marie, et la terre et les cieux.  (Jean de Hesbaye).